La jeunesse a bon dos

  • par

Il y a presqu’un mois, dans un article publié sur ce site, j’attirais l’attention sur une forme de prostitution larvée qui affecte le tissu social haïtien. En conclusion cependant, je m’abstenais de juger. Entretemps, il y a eu un vaste débat dans l’opinion autour du phénomène “madan papa”. Également cette sordide affaire de viol collectif sur une mineure. Ces incidents on précédé le retour dans les médias des “ayatollah” de la morale avec leurs anathèmes et leurs discours démagogiques.

Honnêtement, j’ai du mal à prendre la plupart de ces gens au sérieux. Ils gesticulent comme des enragés à chaque fois qu’il s’agit d’une question sexuelle mais ils ne semblent pas savoir que la morale n’est pas que sexuelle. Je l’ai déjà signalé, certains d’entre eux sont membres de partis politiques qui recrutent sans sourciller des bandits notoires pour des postes électifs et ils siègent sans broncher au sein d’un parlement qui ressemble de plus en plus à une vaste caverne d’Ali Baba.

S’il y a une chose des plus immorales, c’est la misère dans laquelle vit la majorité de la population. De cela, on n’en fait pas un plat. C’est même on dirait une chose normale. Et pourtant si ces jeunes filles ou ces jeunes hommes doivent user de leur corps et de leur jeunesse, c’est bien la plupart du temps pour tenter d’échapper à cette immoralité là. Certains oseront parler de dignité. Sans doute n’ont-ils jamais eu faim ou alors n’ont-ils jamais assisté impuissants à la maladie de leur bébé sans avoir les quelques centaines de gourdes nécessaires à l’achat de médicaments. Il faut déjà disposer d’un minimum pour rester digne. Nous vivons dans une société extrêmement inégalitaire où un très faible pourcentage de la population détient le gros des richesses, où il est quasiment impossible sans parrain ou marraine d’obtenir un premier emploi. C’est aussi une société sans aucune forme d’assistance sociale réellement fonctionnelle. En l’absence de mécanismes légitimes pour la redistribution de cette richesse, pourquoi s’étonner quand elle tente d’emprunter des voies moins orthodoxes ?

Il y a de l’absurdité jusque dans les mesures prises pour combattre le mal. N’ai-je pas entendu par exemple une de nos “autorités” déclarer qu’il fallait fermer les bars et les hôtels qui avaient le malheur de se retrouver aux abords des écoles et des églises. Comme si nos écoliers du 21ème siècle ignoraient l’usage du transport en commun ! Comme si toutes nos églises étaient des monuments de moralité ! Que dire de ces escroqueries en direct à coup de faux miracles, de ces pasteurs abuseurs dont la bénédiction est tant recherchée par nos politiciens ?

Nous avons le jugement facile mais combien d’entre nous oseront admettre que pour certains de ces jeunes le système “madan papa” a parfois permis la survie de familles entières ? Pour d’autres, il a permis la réalisation d’études qui sinon seraient restées à l’état de rêves inaccomplis. D’autres encore ont décoché leur résidence et un futur dans un autre pays. Attention ! Je ne tente pas de légitimer quoi que ce soit mais quelles autres alternatives propose notre société ? Ces jeunes devraient-ils de préférence accepter de crever en silence ? Combien d’entre nous oseront admettre qu’un petit pourcentage de ces histoires aboutit à des unions durables et légitimes ? Les règles de l’amour sont plus compliquées qu’une simple équation mathématique et, tant qu’il s’agit d’adultes libres et consentants, en quoi cela concerne-t-il notre appréciation ?

Nos “ayatollah” sont hypocrites. Ils sont prêts à nager dans la poudre blanche de la cocaïne, à décherpiller l’argent de nos caisses publiques, à se compromettre avec des hommes d’affaires véreux, à vendre leur âme au diable s’il le faut. Et ils osent parler de moralité quand il ne s’agit en fait que des déboires d’une jeunesse aux abois, livrée à elle-même par la négligence et la méchanceté de ceux qui en ont en définitive la charge. L’exemple vient d’en haut. Toujours.

Pour en savoir plus:

Long métrage de fiction autour de cette prostitution qui ne dit pas son nom.

Articles similaires:

Les articles de Richard Sénécal publiés sur ce blog sont protégés par le droit d'auteur. Veuillez nous contacter avant toute utilisation ou reproduction partielle ou totale.